« Une photo qui "dit juste ce que lui est ce jour là, devant le monde" | Accueil | Ile de Groix (1) »

07 novembre 2006

Commentaires

Et merci aussi pour ce poème magnifique...

Ces photos parlent encore une fois de l'essentiel...
Ces expressions d'enfants graves et vraies éveillent une véritable émotion.

Merci pour tant de beauté si simple et si vraie

votre site, pour moi, c'est comme une source à laquelle j'aime retourner et il est des jours où elle est particulièrement vive, le coeur ouvert

Amis du soir bonsoir :-)
oh c'est drôle, quand j'ai lu votre texte Immemory, j'ai pensé à Hombre à la fin, et je le trouve ici avec la même pensée sans doute! Par contre je n'imaginais pas trouver un lien vers chez moi! :-) Merci, merci...
j'adore ces photos d'enfants... la seconde me donne l'envie de prendre feuille de papier et fusain pour croquer de toute urgence! :-)

Enfin un lieu où l¹esprit respire, ou l¹humanité chante à tue-tête. Et ces
images de lieux de passion pour moi (La Loire tant de fois admirée en
compagnie d¹Émile JoulainS et la MerS etS)

Merci

PS : je prends la liberté de mettre de suite un lien vers vous.

michelgonnet.over-blog.com

Le noir et blanc
Et l'enfant
Se marient
Car la couleur
Il l'a au coeur
Qui sourit

Le blanc et noir
Du regard
Intensifie
Ces petits âmes
Grandes flammes
De la vie ...

;o)

als das kind kind war.. cette phrase introductrice des Ailes du désir, mon film préféré, me hante depuis queje l'ai entendue pour la première fois, il y a 17 ans..

tu me donnes envie de repartir à l'aventure, en famille..

en réponse à vote note de ce jour chez vous :
"Un homme n'est jamais si grand que quand il est à genoux."
n'empêche ça fait du mal quand même !!!
malgré tout
merci de votre passage chez moi...
si le coeur et l'envie vous en dit, n'hésitez pas à vous servir de mes photos, elle reste libre de droit type :
Creative Commons License
et reste en jachère en mon goût : http://prumtiersen.typepad.com/journal/archives.html

Pour ma part, j'ai lu et relirai encore beaucoup de vos mots poétiques et celà m'a réchauffé le coeur. J'aime vraiment beaucoup ce titre : "comme un gout de cendre au réveil..."

je prépare une expo prévue en Février et "travaille" laborieusement et tant bien "que mal aux mots" qui épauleront les phOtOs, un titre, des notes...à venir...

j'aime lire alors de telle justesse à dire.

merci et bon courage.

Et l'arbre a apprécié la lance plantée au coeur? Et on a laissé croire à l'enfant qu'il avait ce droit de brusquer l'Arbre?
Je vous invite bien amicalement à lire, sur l' "Hombre de Nada" un conte poétique "Des hommes sont venus" , qui parle justement d'un Arbre qu'un enfant innocent vise de la flêche de son arc.
Belles photos noir et blanc.
Denis

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.