« De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles | Accueil | L'heure d'été »

24 mars 2012

Commentaires

Bravo à ce regard sensible et touchant (:

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.